Regard de Michèle
Publié le : samedi 15 décembre 2007
Fespaco 2007



Michèle SOLLE est une grande ciné­phile fran­çaise. A l’occa­sion de ce fes­paco, elle nous pro­pose son regard sur le Festival et sur les ciné­mas d’Afrique.





Des images pen­dant l’ouver­ture !

Le samedi 24, au cours du gala d’ouver­ture, réussi, bien orga­nisé, de très bonne tenue, les 35000 spec­ta­teurs pré­sents sur les gra­dins et les autres devant leur télé­vi­sion ont pu voir, pour la pre­mière fois dans l’his­toire du Fespaco des images de cinéma retrans­mi­ses du Stade du 4 Août. En l’occur­rence, les bandes annon­ces des 20 longs métra­ges en com­pé­ti­tion (18 en fait, où sont pas­sées les deux autres ?).
Et, une petite chro­ni­queuse de pro­vince agréa­ble­ment sur­prise, s’est sou­ve­nue d’une conver­sa­tion mus­clée avec mon­sieur Baba Hama, le secré­taire géné­ral du Fespaco croisé, en juin der­nier, au fes­ti­val de Courts métra­ges de Contis (dans les Landes, pour ceux qui ne connais­sent pas). Où la petite chro­ni­queuse avait fait remar­quer à cet impor­tant per­son­nage que sa céré­mo­nie d’ouver­ture était certes popu­laire parce que gra­tuite mais qu’on était si loin du cinéma que le pas­sant lambda était en droit se deman­der s’il ne s’agis­sait pas de FEStivités PArticulièrement Commerciales. Pas une seule image, rien au sujet des films en com­pé­ti­tion mais des dis­cours et du spec­ta­cle. Panem and cir­cen­ses !
Donc, samedi, sur­prise agréa­ble. Certes l’écran a besoin de gran­dir mais c’est un début. Les bandes annon­ces sont faites pour éveiller l’inté­rêt, le désir…Enfin ! Nous avons dû être nom­breux à faire cette judi­cieuse remar­que, que je me dis.

Dimanche soir, confé­rence de presse autour de la pis­cine du Silmandé (oui, je sais, la vie est bien dure !), mon­sieur Baba Hama est là, incontour­na­ble, of course. Je m’appro­che et me pré­sente ; « Oui, me dit-il, j’espé­rais bien que vous seriez là pour cons­ta­ter que je vous avais écoutée ! » Ben alors, j’en ai pres­que lâché mon verre, (de vin), s’il suffit de dire les choses à la bonne per­sonne pour qu’elles se réa­li­sent, une grande car­rière s’offre à moi.

Lundi 26 février, 8h au Neerwaya

Film long métrage en com­pé­ti­tion : Le Monde est un ballet, du réa­li­sa­teur bur­ki­nabé Issa Traoré de Brahima.

Mais qui nous déli­vrera des résu­més inep­tes et plats ? A lire celui du cata­lo­gue, il fal­lait être bien cou­ra­geux pour tra­ver­ser la ville à cette heure mati­nale pour vision­ner ce film ! Une his­toire de star de la chan­son, deve­nue folle et que des requins spo­lient…
Bonne sur­prise, cette comé­die se pré­sente comme une fable moderne. Rien n’y manque les bons, les méchants, les inno­cents, la coha­bi­ta­tion des cultu­res, la poly­ga­mie, les vaga­bon­da­ges amou­reux… L’héroïne, tou­chante, sous cou­vert de sa folie, réelle ou simu­lée, va faire des vagues dans le mari­got aux cro­co­di­les. Le prince char­mant est, bien sûr, à l’arri­vée dans son beau taxi vert, qui la conduira vers la lumière. Un film grand public, délas­sant. Cousin direct des sit­coms mais avec une gale­rie de per­son­na­ges plus tru­cu­lents les uns que les autres, et une visite de la Ouaga ner­veuse, gaie, affai­rée, et vivante, comme on l’aime. Les acteurs ont l’air de s’être bien amusés.

Michèle SOLLE

www.clap­noir.org

Également…
2

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75