Accueil du site > Actualités festivals > Archives festivals > FESPACO - Ouagadougou, 2007 > La diversité culturelle à travers les propos de… Aline Koala, Manu Dibango, (...)
La diversité culturelle à travers les propos de… Aline Koala, Manu Dibango, Rasmané Raso Ouédraogo et Baba Hama
Publié le : samedi 15 décembre 2007
Fespaco 2007

Le 20ème Fespaco est placé sous le thème de la diver­sité cultu­relle. Que disent les pre­miers res­pon­sa­bles du fes­ti­val à ce propos ?

Morceaux choi­sis.

Aline Koala, Ministre de la Culture des Arts et du Tourisme du Burkina Faso. Le cinéma est un puis­sant moyen de dia­lo­gue inter­cultu­rel. Dans les pays en déve­lop­pe­ment, la ten­ta­tion est par­fois grande de consi­dé­rer le 7ème art comme un luxe tant les prio­ri­tés exis­tent et que l’on a par­fois du mal a établir une prio­rité des prio­ri­tés. Mais faire du cinéma dans nos pays, se révèle comme un devoir : devoir d’avoir son propre reflet, devoir sim­ple­ment d’exis­ter, devoir d’affir­mer son iden­tité.

Pour ne pas subir dans l’impuis­sance et la rési­gna­tion, le nouvel ordre audio­vi­suel et pour appor­ter plei­ne­ment notre part à la diver­sité cultu­relle, il convient de redon­ner une impul­sion nou­velle à nos ciné­mas, à la télé­vi­sion et à la vidéo.

Manu Dibango, Président d’hon­neur du 20 ème Fespaco Notre conti­nent regorge de talents aux mul­ti­ples facet­tes qui ont contri­bué à leur manière à son rayon­ne­ment cultu­rel de part le monde. L’Afrique est posi­tive, belle, et elle avance, à son rythme certes, mais elle est pré­sente. Si nous vou­lons bâtir un pole ciné­ma­to­gra­phi­que fort et dyna­mi­que, il est impor­tant d’infor­mer notre jeu­nesse de ce qu’est l’économie cultu­relle, en par­ti­cu­lier celle du cinéma

Le cinéma doit être consi­déré comme un fac­teur de lutte contre la pau­vreté.

A l’heure de la mon­dia­li­sa­tion, le cinéma afri­cain doit pren­dre part aux grands défis qui s’annonce.

Rasmané Raso Ouédraogo, comé­dien et Président du Conseil d’Administration du Fespaco. Dans le contexte de la mon­dia­li­sa­tion, le cinéma et l’audio­vi­suel sont deve­nus des enjeux cultu­rels majeurs et l’Afrique, un ter­rain sur lequel s’affron­tent des inté­rêts civi­li­sa­tion­nels et iden­ti­tai­res.

Baba Hama, Délégué Général du Fespaco Nous célé­brons à tra­vers ce 2Oème Fespaco, les ciné­mas d’Afrique dans toute leur diver­sité. Une diver­sité que les pro­fes­sion­nels du cinéma et de l’audio­vi­suel contri­buent à enri­chir de façon remar­qua­ble, par la rela­tion d’his­toire et la créa­tion d’images et la créa­tion d’images qui témoi­gnent du vécu et des espoirs de nos socié­tés en per­pé­tuels mou­ve­ments. La ques­tion de la diver­sité cultu­relle est un enjeu de la mon­dia­li­sa­tion et le sec­teur de l’audio­vi­suel et du cinéma est à la croi­sée des enjeux économiques, cultu­rels et poli­ti­ques, du pro­ces­sus de mon­dia­li­sa­tion.

La mon­dia­li­sa­tion offre sans contexte des oppor­tu­ni­tés nou­vel­les aux pro­fes­sion­nels de l’audio­vi­suel et du cinéma du conti­nent et de la dia­spora, tant dans le domaine de la pro­duc­tion, de la post- pro­duc­tion que dans le domaine de la trans­mis­sion et de la dif­fu­sion de leurs images. On ne peut pas nier cepen­dant, que ce pro­ces­sus de mon­dia­li­sa­tion engen­dre aussi un mou­ve­ment d’uni­for­mi­sa­tion des idées, façonne le vécu, les mémoi­res et les cons­cien­ces des peu­ples, toute chose sus­cep­ti­ble de mettre en péril la diver­sité cultu­relle.

Soudré Souleymane Mao

www.clap­noir.org

Également…
2

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75