Accueil du site > Articles > Les femmes aux commandes
Les femmes aux commandes
Publié le : dimanche 24 février 2013
Fespaco 2013

Voir en ligne : A voir ou revoir en famille : Rue Cases-Nègres

Le jury du long métrage du 23e Fespaco sera pré­sidé par la grande et célè­bre réa­li­sa­trice mar­ti­ni­quaise Euzhan Palcy. Elle est la pre­mière réa­li­sa­trice afro-cari­béenne à être pro­duite par un studio de Hollywood, en l’occur­rence la Metro-Goldwyn-Mayer pour son film « Une saison blan­che et sèche ».

« Rue Cases-Nègres », film qu’elle a réa­lisé en 1983 fut un film qui touche encore et tou­jours la jeu­nesse afri­caine. En effet, l’his­toire de cette grande mère cou­rage, M’man Tine qui s’est battue pour que son petit fils José aille dans une bonne école est un exem­ple qui est donné aux jeunes. Lutter pour acqué­rir connais­san­ces et indé­pen­dance car, seule l’éducation ouvre les portes de l’avenir. En 1985, « Rue Cases-Nègres » obtient le prix du public au 9e Fespaco.

Le choix de mettre des femmes pré­si­den­tes aux com­man­des des cinq jurys offi­ciels du Fespaco 2013 va peut-être favo­ri­ser de nou­veaux talents dans la gent fémi­nine, et peut-être aurons nous, dans les sélec­tions à venir, plus de femmes réa­li­sa­tri­ces. Cette année, en com­pé­ti­tion long métrage, une seule femme : Apolline Traoré qui vient avec un film « Moi Zaphira » raconter l’his­toire d’une veuve qui vit dans un milieu où la tra­di­tion ne lui permet pas de s’épanouir. L’édition passée du Fespaco a aussi vu une seule femme en com­pé­ti­tion long métrage. Il s’agit de la franco-bur­ki­nabè Sarah Bouyain avec son film « Notre étrangère ».

S’il y a bien une vérité qu’il faut se dire en Afrique, c’est la sui­vante. Le Continent est porté par la femme. Elle est le socle de la famille, bat­tante, elle ne se laisse pas domi­ner par le pes­si­misme ambiant dans lequel les hommes ne ces­sent de végé­ter. Dans les mar­chés, les res­tau­rants, les écoles et dans les hôpi­taux, les femmes sont les pre­miè­res dans l’arène. Il faut que la lutte qu’elles mènent dans la vie de tous les jours se fasse aussi dans le monde ciné­ma­to­gra­phi­que, où elles auront à nous raconter des his­toi­res d’hommes et de femmes, cou­ra­geu­ses, qui lut­tent pour que le conti­nent sorte enfin de sa léthar­gie. Déjà, dans le domaine des séries télé­vi­sées, des courts métra­ges et des docu­men­tai­res, nous connais­sons de nom­breu­ses femmes qui por­tent haut le flam­beau de la pro­fes­sion.
Gageons que le choix des bat­tan­tes que sont Euzhan Palcy, Wanjiru Kinyanjui, Jacky Motsepe , Osvalde Lewat , Beti Ellerson , Salimata Salembéré (invi­tée d’hon­neur de la pré­sente édition), Fatoumata Coulibaly et toutes les autres femmes qui sont dans les jurys pous­se­ront d’autres femmes à se lancer dans la réa­li­sa­tion des longs métra­ges qui s’impo­se­ront dans les salles obs­cu­res d’Afrique et du monde.

Candide Étienne

Laisser un commentaire

Également…
2

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75