Accueil du site > Articles > Un Sy beau succès
Un Sy beau succès
Publié le : jeudi 1er décembre 2011
Intouchables d’Olivier Nakache et Eric Toledano

La crise, le chômage, les déceptions politiques et l’hiver ont eu raison des Français. Longtemps cette terre d’Eldorado a fait miroiter le rêve d’un avenir meilleur, d’une prospérité rapide et d’un niveau de vie idéal. Aujourd’hui, les jeunes sur-diplômés remplissent les bancs de Pôle Emploi et les pré-retraités craignent le licenciement. Les banlieues s’agitent mais restent en marge, les élites d’origines variées restent minoritaires sauf lorsqu’est brandi le slogan « égalité des chances ». La France a mal, la France va mal mais un soleil cinématographique l’a soudain réchauffée.


Intouchables d’Olivier Nakache et Éric Toledano est l’his­toire vraie d’un aris­to­crate tétra­plé­gi­que (François Cluzet) qui embau­che comme garde malade un jeune chô­meur des quar­tiers (Omar Sy, humo­riste d’ori­gine séné­ga­laise connu pour son duo télé­pho­ni­que avec Fred Testot sur Canal + : Service après Vente). Le pitch pour­rait faire peur tant les dicho­to­mies riche/blanc, pauvre/noir sont frap­pan­tes mais c’est là la prouesse des deux réa­li­sa­teurs.

Sur un ton juste et subtil, un humour mor­dant (bien aidé par le sou­rire rava­geur d’Omar Sy), Intouchables aborde avec légè­reté la dureté de la vie : la mala­die, le chô­mage, le manque d’amour, les dou­leurs fami­lia­les... Malgré leurs deux par­cours aty­pi­ques, Philippe et Driss se com­pren­nent dans la dis­cri­mi­na­tion : l’un par la pitié des gens face à son han­di­cap, l’autre par leur racisme ou leur désin­té­rêt.

C’est bien la pre­mière fois qu’un film fran­çais trai­tant d’un jeune de ban­lieue et de la bour­geoi­sie ne sombre pas dans les cli­chés. Bien au contraire, chaque écueil est détourné par un jeu remar­qua­ble, une vanne, un coup de pied dans le poli­ti­que­ment cor­rect. En témoi­gnent la non­cha­lance avec laquelle Driss tend le télé­phone à Philippe alors que celui-ci ne peut uti­li­ser ses bras, l’hal­lu­ci­na­tion hila­rante de Driss décou­vrant l’opéra ou le blind-test musi­cal où réfé­ren­ces clas­si­ques (Bach, Chopin) et quo­ti­dien­nes (publi­ci­tés, répon­deurs, des­sins animés) se téles­co­pent au grand plai­sir de tous.

Depuis Bienvenue chez les Ch’tis, jamais les salles de cinéma n’avaient autant été rem­plies d’un public varié et hilare. Quelle que soit leur classe sociale, les spec­ta­teurs trou­vent dans ce film un moment de réconfort et de détente qui adou­cit les dif­fi­cultés de la vie. Avec 10 mil­lions d’entrées en quatre semai­nes, Intouchables est le plus gros succès fran­çais 2011. Et bien qu’il n’ait pas de lien concret avec l’Afrique, Clap Noir se devait de témoi­gner auprès de ses lec­teurs d’un chan­ge­ment sou­dain dans le cinéma fran­çais. Omar Sy, pre­mier Noir ban­ka­ble du 7e art hexa­go­nal ?

Claire Diao

Également…
1

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75