Accueil du site > Fiches des Films > Borry Bana, le destin fatal de Norbert Zongo
Borry Bana, le destin fatal de Norbert Zongo
Luc Damiba et Abdoulaye Ménès Diallo
Publié le : 2003

Un docu­men­taire de Luc Damiba et Abdoulaye Ménès Diallo. Burkina Faso, 2003 – DV Cam 57’30






Borry Bana est une expres­sion en langue Bambara qui veut dire « la fuite est ter­mi­née ». Elle a été uti­li­sée par le célè­bre com­bat­tant afri­cain Samory Touré ; traqué par les colons fran­çais, il a décidé dans sa fuite d’affron­ter son destin. Il exprima alors « Borry Bana, ce camp sera le der­nier ». Norbert Zongo a repris cette expres­sion quand il a fondé son propre jour­nal, « l’Indépendant ».

SYNOPSIS

Comment l’assas­si­nat du jour­na­liste d’inves­ti­ga­tion Norbert Zongo est devenu une affaire d’état au Burkina Faso ! Ce film est l’his­toire des cinq années d’aven­ture d’un peuple, d’un jour­na­lisme d’inves­ti­ga­tion, d’une jus­tice qui cher­che ses pro­pres traces et d’un pré­si­dent empê­tré dans une crise.

LES REALISATEURS

Abdoulaye Diallo est un his­to­rien diplomé dans l’his­toire de l’art et de l’archéo­lo­gie . Il a tra­vaillé pen­dant plu­sieurs années comme pro­duc­teur pour la radio et comme ani­ma­teur cultu­rel. Depuis 1998, il est le ges­tion­naire du Centre National de Presse devenu depuis jan­vier 1999 Centre National de Presse Norbert Zongo (CNP-NZ), suite à l’assas­si­nat de Norbert Zongo.

Luc Damiba est le coor­don­na­teur d’une orga­ni­sa­tion qui lutte contre la cor­rup­tion au Burkina Faso : le REN-LAC .Il a fait ses études en com­mu­ni­ca­tion pour le déve­lop­pe­ment à l’uni­ver­sité de Ouagadougou. Il a co-réa­lisé un docu­men­taire « Sans titre, l’art de l’ordi­naire ».

A PROPOS DU FILM

Au moment de son « acci­dent », Norbert Zongo enquê­tait sur la mort, non élucidée de David Ouedraogo, chauf­feur de François Compaoré, le petit frère du pré­si­dent. Une com­mis­sion d’enquête indé­pen­dante conclut que Zongo a été assas­siné pour des motifs poli­ti­ques ; elle pointe du doigt plu­sieurs « sus­pects sérieux », tous mem­bres de la garde pré­si­den­tielle et tous inculpés dans l’assas­si­nat de David Ouedraogo.

Aujourd’hui, après l’ouver­ture d’une enquête judi­ciaire inter­mi­na­ble et d’un rap­port du col­lège des sages, le dos­sier pié­tine. Mise en cause, Marcel Kafando, chef de la garde pré­si­den­tielle, qui est déjà condamné dans le dos­sier « David Ouedraogo ». Avec le temps, il devient gra­ba­taire et on attend sa mort.

Le scé­na­rio est clas­si­que : l’état a tout inté­rêt à lais­ser traî­ner le dos­sier pour que les inculpés char­gent et accu­sent le « pré­sumé com­man­di­taire » Marcel Kafando, qui sera décédé. Ainsi, la jus­tice va le mettre en accu­sa­tion, le juger et tous liens entre les exé­cu­tants et le com­man­di­taire seront rompus.

Cette affaire a plongé le pays dans une crise pro­fonde sans pré­cé­dent et a révélé au grand jour le régime du pré­si­dent Blaise Compaoré. Les bur­ki­na­bés se sont mobi­li­sés, à tra­vers un col­lec­tif et de nom­breu­ses mani­fes­ta­tions pour que « jus­tice soit faite ». Jamais une affaire n’aura cata­ly­sée tout un peuple, tou­jours déter­miné à ce jour.

« Plus rien ne sera comme avant, les gens reven­di­quent et disent tout haut ce qu’ils n’auraient pas dit il y a quel­ques années » nous confie Abdoulaye Diallo. « Il y a des espa­ces de liberté, la presse se sent plus libre et c’est pour­quoi on a pu faire ce film ; nous sommes pro­té­gés par Norbert Zongo. Maintenant, Les gens se méfient et dans tous les cas, les choses ont défi­ni­ti­ve­ment chan­gées au Burkina Faso ».

Le film a été cen­suré dans les salles, sur les chaî­nes de télé­vi­sion (natio­nale, tv5) et même aux cen­tres cultu­rel fran­çais et amé­ri­cain de Ouagadougou. Motif : sujet sen­si­ble qui pour­rait frois­ser les rela­tions diplo­ma­ti­ques. Pour l’ins­tant, 3 pro­jec­tions ont été orga­nisé au Faso : deux au Centre de Presse Norbert Zongo et une à l’uni­ver­sité à la demande express des étudiants.

Marius Clap Noir

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Luc Damiba & Abdoulaye Diallo
Avec : Bénéwendé Sankara, Robert Ménard, Halidou Ouédraogo, Alpha Blondy, Maman Zongo et autres…
Caméra, mon­tage : Jaap Van Heusden, Gidéon Vink
Co-pro­duc­teur : Institut Panos Afrique de l’Ouest-IPAO
Producteur : Association Semfilms, BP 1308 Ouagadougou 09
Tél : 226 63 30 65 mail : sem­film­s@­sem­films.bf

Les films de Abdoulaye Ménès Diallo :
Les films de Luc Damiba :
Les films de Abdoulaye Ménès Diallo :
Les films de Luc Damiba :
Les autres films
2
>

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75