Fespaco pêle-mêle
Publié le : dimanche 16 décembre 2007
Fespaco 2007




Jeudi noir pour Thierry Michel

Le réa­li­sa­teur Belge Thierry Michel pré­sent au Fespaco pour pré­sen­ter son film Congo river s’est fait voler. En effet, l’homme du célè­bre film « Mobutu roi du zaïre » au cours d’une séance de photos avec des fans, a eu la mal­chance de remet­tre son car­ta­ble, dans la main cou­rante, à un quidam très peu catho­li­que, qui ne sait pas fait prier pour se fondre dans la nature. Le car­ta­ble de Thierry conte­nait son ordi­na­teur por­ta­ble, des docu­ments d’iden­tité et une impor­tante somme d’argent. Cela s’est passé le jeudi 1er mars aux abords du centre cultu­rels fran­çais Georges Méliès alors que le réa­li­sa­teur se ren­dait à la pro­jec­tion de son film Congo river. Selon l’atta­ché de presse de Thierry sur place, Lomba Barry, le réa­li­sa­teur a été sous le choc, sonné non pas par la dis­pa­ri­tion de ses effets, mais par la perte de tout ce qu’il avait de pré­cieux dans son ordi­na­teur qui était son outil de tra­vail. Mais malgré tout, le film Congo river sera pro­jeté sur le campus uni­ver­si­taire le lundi 05 mars en pré­sence du mal­heu­reux Tiérry.

Les alter mon­dia­lis­tes se sont invi­tés

L’Action Mondiale Contre la Faim (AMCP), a ren­contré la presse pour lui expli­quer sa pré­sence au Fespaco dans le cadre de son plai­doyer à l’échelle inter­na­tio­nale contre la faim. L’orga­ni­sa­tion « alter », qui se dit très convain­cue que les poli­ti­ques économiques néo-libé­ra­les ban­ca­les et inap­pro­priées, en cours actuel­le­ment dans le monde dic­tées par les ins­ti­tu­tions de Brettons wood et qui sont mises en œuvre dans les Etats en déve­lop­pe­ment sont source de pau­vreté et de drame social pour des mil­lions de citoyens à tra­vers le monde. Et comme plan de bataille, l’orga­ni­sa­tion dit mettre le cinéma en bonne place en tant médias de cons­cien­ti­sa­tion et de pres­sion sur les gou­ver­nants. L’AMCP a donc animé un stand et décer­nera un prix au meilleur des films trai­tant du pro­blème de la pau­vreté. La ren­contre du ven­dredi 02 mars avec les jour­na­lis­tes s’est faite en pré­sence du res­pon­sa­ble Afrique de Action Mondiale Contre la Faim et de cer­tains des points focaux venant du Malawi, du Ghana et de la RD/Congo. Selon les res­pon­sa­bles de l’AMCP, le film choisi devrait être dif­fusé le diman­che 04 mars tou­jours à Ouagadougou et plus tard ser­vi­rait d’outil de mobi­li­sa­tion des opi­nions publi­ques au pro­chain sommet de l’Union Africaine à Accra en juillet 2007 et aux dif­fé­ren­tes ren­contres d’impor­tance qui sont à venir dans le monde telle que le G8.

Boubacar Diallo, fâché contre la Ministre de la culture bur­ki­nabé

Le jeune réa­li­sa­teur bur­ki­nabé Boubacar Diallo, a exprimé son cour­roux dans le jour­nal sati­ri­que le Journal du Jeudi (JJ), dont il est le Directeur de Publication, dans sa livrai­son du jeudi 1er mars. En effet, son film « Code phénix » en com­pé­ti­tion offi­cielle n’aurait pas béné­fi­cier d’un copeck des 150 mil­lions que le gou­ver­ne­ment du Burkina avait décais­sés cou­rant 2006 pour sou­te­nir les réa­li­sa­teurs natio­naux enga­gés dans des pro­jets de films pour le Fespaco. Cette somme qui était des­ti­née à tous les réa­li­sa­teurs n’a pas mal­heu­reu­se­ment pro­fité à Boubacar Diallo qui pour­tant en avait fait la demande. Seuls trois réa­li­sa­teurs que sont Adama Rouamba pour son docu­men­taire « Humanitaire », Issa Traoré de Brahima pour « le monde est un ballet » et Tahirou Ouédraogo qui réa­li­sait « Djanta », avaient pu béné­fi­ciés de la tota­lité de l’aide gou­ver­ne­men­tale. Le réa­li­sa­teur qui juge injuste son sort et dit avoir été vic­time d’une com­bine ourdie contre sa per­sonne, n’est pas allé du dos de la cuillère ni cares­ser dans le sens du poil la Ministre en charge de la culture Aline Koala et ses col­la­bo­ra­teurs pour leur signi­fier leur mau­vaise gou­ver­nance. Mettant ainsi à nu de nom­breux dys­fonc­tion­ne­ments dans ce minis­tère. En rappel le réa­li­sa­teur, Boubacar Diallo sort régu­liè­re­ment des films qui sont beau­coup prisés par le grand public. Il compte a son actif plu­sieurs films dont « Traque à Ouaga » une série poli­cière , « Dossiers brû­lants », « L’Or des Youngas » et le der­nier « Code phénix » en com­pé­ti­tion au Fespaco.

Lookmann sawa­dogo
sawa­do­go­look­mann@ya­hoo.fr

www.clap­noir.org

Également…
2

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75