Kôglb-zanga
Ilboudo Yalgabamba
Publié le : mardi 9 juin 2009

ou Prince Wendemi un exem­ple de combat contre l’exclu­sion

Un film de Ilboudo Yalgabamba, Burkina Faso, 2008, 26’







SYNOPSIS

Dans le quar­tier de Tanghin au nord de Ouagadougou, la capi­tale bur­ki­nabè, se trouve le centre Delwendé. Sur envi­ron quatre hec­ta­res de ter­rain se dresse la "der­nière demeure" pour de pau­vres vieilles accu­sées de sor­cel­le­rie. Plus de quatre cent (400) veuves se retrou­vent concen­trées dans cet espace pour réap­pren­dre à vivre. En pays moaaga, ce sont tou­jours les femmes qui sont trai­tées de "man­geu­ses d’âmes". Entre défi­ni­tion, témoi­gnage, condam­na­tion, ana­lyse et ébauche de solu­tion au phé­no­mène d’exclu­sion lié à la sor­cel­le­rie, "Kôglb-zanga ou Prince Wendemi un exem­ple de combat contre l’exclu­sion" plonge au plus pro­fond du phé­no­mène de la sor­cel­le­rie et de ses consé­quen­ces dans la pro­vince du Kourwéogo, pro­vince de la plu­part des pen­sion­nai­res du centre Delwendé, au Burkina Faso. Sont mis à contri­bu­tion de nom­breu­ses com­po­san­tes de la société inter­ve­nant direc­te­ment ou indi­rec­te­ment dans ce phé­no­mène d’exclu­sion notam­ment les cher­cheurs, les prê­tres, les imams, les pas­teurs, les chefs cou­tu­miers, les élus locaux, les accu­sées, les accu­sa­teurs et les féti­cheurs, pré­po­sés à la dési­gna­tion des cou­pa­bles, sous l’impul­sion de l’action mili­tante du chan­teur bur­ki­nabè Prince Wendemi.

A propos du film

"L’exclu­sion pour fait de sor­cel­le­rie passe sous un silence triste, lourd et inquié­tant malgré ses consé­quen­ces socia­les désas­treu­ses. L’exclu­sion meur­trie tout au fond de l’âme et crée le plus absurde des déses­poir, il faut donc la bannir de nos habi­tu­des pour un monde plus humain"
Ilboudo Yalgabamba

LE REALISATEUR

Né à Boussé dans la pro­vince du Kourwéogo, à quel­ques enca­blu­res de Ouagadougou, Ilboudo Yalgabamba entame une car­rière de musi­cien en Côte d’ivoire sous le nom de Prince Wendemi en 2002. Constatant les degâts portés à la cohé­sion sociale par les pra­ti­ques d’exclu­sion liées la sor­cel­le­rie, il s’inves­tit dans l’action mili­tante pour stop­per le phé­no­mène. Il réa­lise des spec­ta­cles gra­tuits pour le compte des désoeu­vrées du centre de Tanghin. Constatant la fas­ci­na­tion des popu­la­tions pour l’image et l’impact de plus en plus gran­dis­sant que le cinéma ne cesse d’avoir sur elles, il réa­lise alors son pre­mier film docu­men­taire comme contri­bu­tion pour mieux affû­ter son action et révélé l’étendue du phé­no­mène d’exclu­sion pour fait de sor­cel­le­rie au Burkina Faso.

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Ilboudo Yalgabamba
Image : Théophile Kiemdé
Montage : Abraham Bassolé
Commentaire : Félix Yaméogo
Production : Production Racines, contact : (00226) 76 63 49 10, email : prin­ce­wen­de­mi­j@ya­hoo.fr

Les films de Ilboudo Yalgabamba :
Les autres films
2
>

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75