Accueil du site > Archives > 2008 > Hommage à Sembène Ousmane : communiqué
Hommage à Sembène Ousmane : communiqué
Publié le : vendredi 5 septembre 2008

Ousmane Sembène, doyen des cinéas­tes séné­ga­lais vient de mourir dans la nuit du samedi 9 juin dans sa maison de Dakar à l’âge de 84 ans. Il est décédé des suites d’une longue mala­die qu’il n’avait pas voulu ébrui­ter. Maladie qui expli­que son absence lors du der­nier FESPACO à Ouagadougou.

Communiqué

« Le Festival International du Film d’Amiens tient à s’asso­cier à la dou­leur de ses pro­ches comme à celle de ses amis cinéas­tes, en Afrique et dans le monde entier. La dis­pa­ri­tion de celui que tous ceux qui appré­cient les ciné­mas d’Afrique appe­laient affec­tueu­se­ment « l’Aîné des anciens » laisse un vide énorme. Tant le rôle d’Ousmane Sembène fut grand. Auteur réa­li­sa­teur de « Borom Sarett » (1963), pre­mier film de fic­tion tourné sur le conti­nent noir par un cinéaste afri­cain, Ousmane Sembène fut plus qu’un pion­nier. Il s’est très vite imposé comme le porte parole des peu­ples afri­cains dans leur soif de reconqué­rir leurs écrans, de donner du sens à leurs images tron­quées par les expé­rien­ces colo­nia­les.

L’his­toire du cinéma en géné­ral, comme celle du cinéma afri­cain en par­ti­cu­lier, lui sont rede­va­bles d’un énorme tra­vail de défri­cheur et de témoin. Ousmane Sembène fut, au len­de­main des indé­pen­dan­ces afri­cai­nes, le témoin de la diver­sité et de la richesse des cultu­res ances­tra­les et contem­po­rai­nes à la fois. À l’issue d’un voyage dans dif­fé­rents pays afri­cains au début des années soixante, il cons­ta­tait : « Tout ce que je viens de voir dans ces pays, tout ce que j’ai vécu, c’est le cinéma qui va me per­met­tre de le mon­trer. »

Lors de la leçon de cinéma qu’il donna à l’occa­sion du Festival de Cannes en 2005, à l’invi­ta­tion de Gilles Jacob, Ousmane Sembène rap­pe­lait avec émo­tion que pour lui comme pour toute une géné­ra­tion de cinéas­tes, « le cinéma est en Afrique l’équi­va­lent des cours du soir ; pour moi c’est tou­jours une source d’ensei­gne­ment per­ma­nent comme peu­vent l’être les paro­les des conteurs de mon enfance ».

Il est trop tôt pour expri­mer à quel point sa sagesse nous man­quera. Ousmane Sembène nous lègue une riche fil­mo­gra­phie et plu­sieurs romans qui demeu­rent des clefs pour connaî­tre l’Afrique des années soixante « Le docker noir », « Le Mandat », « Les Bouts de Bois de Dieu »… Ousmane Sembène a dédié son der­nier film « Moolaadé » : « aux mères, aux femmes qui lut­tent pour abolir l’exci­sion, cet héri­tage d’une époque révo­lue ». »

Jean-Pierre Garcia

Ceux qui vou­draient redé­cou­vrir l’œuvre de Ousmane Sembène pour­ront y accé­der en DVD (à la « Médiathèque des 3 Mondes » et aux « Films du Paradoxe » pour « Moolaadé »).

  • Festival International du film d’Amiens
  • 17e édition du 9 au 18 novembre 2007
  • MCA - Place Léon Gontier - F-80000 Amiens
  • Tél. +33 (0) 3 22 71 35 70 - Fax +33 (0)3 22 92 53 04
  • Mail : contact@filmfestamiens.org - www.filmfestamiens.org
Également…
1

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75