Accueil du site > Fiches des Films > Souvenirs encombrants d’une femme de ménage
Souvenirs encombrants d’une femme de ménage
Dany Kouyaté
Publié le : mardi 3 mars 2009

Un film de Dany Kouyaté, Burkina-Faso France, 2008, 52’

SYNOPSIS

Thérèse est fran­çaise mais noire. Elle est libre, mais des­cen­dante d’esclave, chré­tienne, mais mar­quée par une his­toire de sor­cel­le­rie… Toute sa vie, Thérèse a lutté contre les injus­ti­ces dont elle était la vic­time. Elle a du lutter pour sur­vi­vre, lutter pour chan­ger de condi­tion, lutter pour pré­ser­ver son his­toire et son iden­tité. Aujourd’hui elle lutte tou­jours, pour raconter au onde ses batailles et le forcer à les écouter. Thérèse domine ses dou­leurs aujourd’hui en en témoi­gnant avec sin­cé­rité et fierté, elle les appri­voise et les trans­cende dans un récit, celui d’une vie de souf­fran­ces immé­ri­tées, qu’elle raconte afin de s’en déli­vrer.

LE MOT DE LA REDACTION

Le per­son­nage de Thérèse Parise Bernis est d’emblée sur­pre­nant d’authen­ti­cité et de sim­pli­cité. Par mor­ceaux comme arra­chés de l’étoffe de son exis­tence, elle nous déli­vre une vie de bles­su­res et de foi en l’avenir, une suc­ces­sion d’aven­tu­res roma­nes­ques dont elle tire un amour tor­turé pour l’exis­tence et ses pro­mes­ses. Malgré une mise en scène sou­vent redon­dante, on est pris de curio­sité et de com­pas­sion pour cette femme qui n’appelle jamais la pitié. Au contraire c’est une héroïne d’une résis­tance extrême et pleine de para­doxes dont le réa­li­sa­teur fait ici le por­trait. Une femme qui fait face à sa vie et qui en assume tous les épisodes, prête à vivre encore tous ceux à venir avec la même délec­ta­tion, prête à rache­ter ses erreurs auprès de tous ceux qu’elle aime et qui l’aiment en retour.

LE REALISATEUR

Né dans une famille de griots en 1961 à Bobo-Dioulasso au Burkina Faso, Dani Kouyaté était pré­des­tiné à s’épanouir dans les métiers du spec­ta­cle. C’est d’abord à l’Institut Africain d’Études Cinématographiques de Ouagadougou qu’il obtient une licence de créa­tion ciné­ma­to­gra­phi­que. Passionné, il pour­suit ses études à Paris où il obtient une Maîtrise d’Animation Culturelle et Sociale à l’Université de la Sorbonne puis un Diplôme d’Études Approfondies de Cinéma à l’Université Paris 8 Saint-Denis. Dani Kouyaté com­plète cette for­ma­tion par un diplôme de l’Ecole Internationale d’Anthropologie de Paris. Il pour­suit aujourd’hui un par­cours riche d’expé­rien­ces diver­ses, en tant que réa­li­sa­teur, met­teur en scène de théâ­tre et même comé­dien. Après un long séjour en France, il vit aujourd’hui en Suède, à Uppsala, d’où il se déplace régu­liè­re­ment en France, Italie, Allemagne et sur­tout au Burkina Faso où il conti­nue d’être très actif. Il a pré­sidé le der­nier fes­ti­val du film afri­cain d’Uppsala en février 2009. Toujours actif sur le front de la défense et du déve­lop­pe­ment des ciné­ma­to­gra­phies afri­cai­nes, Dani Kouyaté est pré­si­dent de la guilde des réa­li­sa­teurs afri­cains.

FILMOGRAPHIE

- 2008 – Souvenirs encom­brants d’une femme de ménage. Documentaire. Portrait de Thérèse Bernis Parise, un per­son­nage haut en cou­leurs qui fait le bilan d’une vie de batailles et d’amour.
- 2005 – Ki-Zerbo, Identités / Identité pour l’Afrique. Documentaire. Ce film nous emmène à la ren­contre d’un Professeur Historien et homme poli­ti­que de répu­ta­tion inter­na­tio­nale et pour­tant encore méconnu : Joseph Ki-Zerbo.
- 2004 – Ouaga Saga. Fiction. Ce long métrage de fic­tion est une comé­die sur le quo­ti­dien dépourvu de tout sauf d’humour et d’espoir d’une bande de copains vivant en plein Ouagadougou. Faisant contre mau­vaise for­tune bon cœur, ces débrouillards riva­li­sent d’astuce et d’ima­gi­na­tion et refu­sent de som­brer dans l’api­toie­ment.
- 2001 – Sia, le rêve du python. Fiction. Adaptation ciné­ma­to­gra­phi­que de la légende du Wagadu (mythe Soninké du 7e siècle), ins­pi­rée de la pièce de théâ­tre de l’auteur mau­ri­ta­nien Moussa Diagana « La légende du Wagadu vue par Sia Yatabéré ».
- 1998 – A nous la vie. Fiction Télévisée. La vie, les rêves, les espoirs d’une bande de jeunes d’un lycée inter­na­tio­nal à Ouagadougou au Burkina Faso.
- 1995 – Keïta ! L’héri­tage du griot. Fiction. L’his­toire d’un petit écolier contem­po­rain, écoutant l’épopée man­din­gue (son his­toire) par la bouche d’un vieux griot. Le petit garçon sera rapi­de­ment l’objet du trau­ma­tisme qui mine l’Afrique, entre ses tra­di­tions et les valeurs moder­nes...
- 1993 – Les larmes sacrées du cro­co­dile. Fiction. Un vieux cro­co­dile d’une mare sacrée du Burkina Faso iro­nise sur les actes irres­pon­sa­bles de l’espèce humaine vis à vis de l’écosystème.
- 1991 – Tobbere Kossam. Fiction. Ce court métrage passe par la fic­tion pour pro­po­ser un regard croisé sur les pro­blè­mes de petits éleveurs dans le Limousin et au Sahel.
- 1989 – Bilakoro. Fiction Ce court métrage qui pré­sente le quo­ti­dien d’une bande de gamins des rues, porte en germe le projet de Ouaga Saga, long métrage réa­lisé en 2004.

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Dani Kouyaté
Avec :Thérèse Parise Bernis – Claire Denieul – Fabio Isella – Marco Patane – Viviane Soubadie Bernis – Olivier Bernis – Mamadou N’Diaye – Jean-Marc Bernis.
Image : Isabelle Saunois – Robert Millié – Nicolas Misfud
Son : Pierre Cordelier – Patrick Laupen
Montage : Ewa Santamaria Helft
Mixage : Frédéric Théry
Production : La lan­terne / www.lalan­terne.fr – 01 45 39 47 39



Les films de Dany Kouyaté :
Les autres films
<
6
>

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75