Accueil du site > Actualités festivals > Archives festivals > FESPACO - Ouagadougou, 2009 > Le parrain du Fespaco : Choix politique ou…
Le parrain du Fespaco : Choix politique ou…
Publié le : dimanche 1er mars 2009

La 21ème édition du Fespaco est placée sous le par­rai­nage du scien­ti­fi­que malien, Cheik Modibo Diarra. Quelle lec­ture faire du choix de cette per­son­na­lité ?

Le Fespaco, fes­ti­val des ciné­mas d’Afrique met un point d’hon­neur à favo­ri­ser la pro­duc­tion et la dif­fu­sion de cet art sur le conti­nent. C’est dans cette opti­que qu’en 2005, l’acteur fran­çais Richard Bohringer fut le pre­mier par­rain du Festival. A la suite de l’acteur, c’est un musi­cien, Manu Dibango qui a été choisi pour par­rai­ner la 20ème édition.

En accep­tant la res­pon­sa­bi­lité de par­rai­ner ce Fespaco, Cheik Modibo pour­suit une mis­sion qu’il a com­men­cée pour l’Afrique : Celle de mettre en place les ponts pour la cons­truc­tion d’une société des savoirs. Que connais­sons-nous de Cheik Modibo ? Les jeunes afri­cains le sur­nom­ment l’homme de la NASA. Cet ingé­nieur aéro­spa­tial à fait la fierté du conti­nent quand il a par­ti­cipé au pro­gramme Mars Pathfinder. A tra­vers cet homme, nom­breux ont été les afri­cains qui ont com­pris que les gran­des réa­li­sa­tions étaient aussi à notre portée. Cheik Modibo, lui a conti­nué son œuvre en tou­chant du doigt un élément clé de la pro­blé­ma­ti­que du déve­lop­pe­ment en Afrique : l’éducation. Pour favo­ri­ser le déve­lop­pe­ment des com­mu­nau­tés scien­ti­fi­ques, Cheik Modibo crée une fon­da­tion pour l’éducation en Afrique, met en place un labo­ra­toire de recher­che sur l’énergie solaire au Mali, pré­side aux des­ti­nées de l’Université vir­tuelle afri­caine et fonde l’Université numé­ri­que fran­co­phone mon­diale.

Mutualisation des connais­san­ces et uti­li­sa­tion du numé­ri­que. Tels sont les axes qui déter­mi­nent les acti­vi­tés de Cheik Modibo et qui peu­vent être réin­ves­tis dans le cinéma.

Aujourd’hui, les ciné­mas d’Afrique doi­vent réso­lu­ment se tour­ner vers le numé­ri­que. Le numé­ri­que permet, les ins­crip­tions des docu­men­tai­res au Fespaco le confir­ment, un déve­lop­pe­ment de la pro­duc­tion. Les contrain­tes étant mini­mi­sées, les cinéas­tes peu­vent se concen­trer sur le contenu. Si nous vou­lons faire du cinéma un trem­plin du tou­risme et des patri­moi­nes cultu­rels, la qua­lité doit être le maître mot.

A la suite de Cheik Modibo, le monde du cinéma doit mettre en place des pro­cé­du­res de mutua­li­sa­tions des acquis, mettre en place des réseaux. La pro­duc­tion en Afrique est un éternel recom­men­ce­ment. Il n’existe pas un espace où les acquis des ainés sont mis à la dis­po­si­tion des valeurs mon­tan­tes. L’appro­che est très sec­taire. Entrer dans la société des savoirs, c’est mettre l’infor­ma­tion à la portée de tous. C’est un chal­lenge que connaît bien Cheik Modibo et qu’il doit par­ta­ger avec le sep­tième art afri­cain.

Dans une inter­view qu’il a accor­dée à Clap Noir, le délé­gué du Fespaco disait que la réflexion est lancée sur une inno­va­tion en 2011 : le prix des écoles. Ce prix sera décerné parmi les pro­duc­tions des écoles en Afrique. Cheik qui a lancé des ini­tia­ti­ves dans le domaine de la for­ma­tion pourra-t-il faire pro­fi­ter aux res­pon­sa­bles des for­ma­tions en Afrique de cette exper­tise acquise, tant dans la for­ma­tion tra­di­tion­nelle que celle à dis­tance ?

A l’image de son par­rain, le délé­gué du Fespaco doit, dès à pré­sent, être l’ambas­sa­deur des ciné­mas d’Afrique. Cette res­pon­sa­bi­lité ne doit pas être exclu­si­ve­ment au ser­vice du Fespaco, mais au ser­vice de toute la ciné­ma­to­gra­phie afri­caine. Il faut à pré­sent qu’on parle des ciné­mas d’Afrique dans les gran­des mani­fes­ta­tions mon­dia­les, non pas entre amis, mais comme un art qui a sa place au même titre que les autres arts.

Le choix du par­rain du Fespaco est plus qu’un choix poli­ti­que. Nous pou­vons, à partir des par­rains passés, dire que c’est un choix poli­ti­que, artis­ti­que, tech­ni­que et sur­tout stra­té­gi­que. Prophétisons en disant que, Cheik Modibo ayant réussi à poser la sonde sur Mars réus­sira à posi­tion­ner le satel­lite cinéma sur une bonne orbite.

Achille Kouawo

Également…
3

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75