Accueil du site > Fiches des Films > Un amour pendant la guerre
Un amour pendant la guerre
Osvalde Lewat Hallade
Publié le : mardi 7 février 2006

Un film de Osvalde Lewat Hallade, Cameroun, 60 mns






SYNOPSIS

Après avoir perdu la trace de son mari durant 6 ans, pen­dant la guerre en République Démocratique du Congo, Aziza le retrouve ins­tallé à Kinshasa. Ils veu­lent recons­truire leur vie fami­liale. Aziza, jour­na­liste, est hantée par le sou­ve­nir des hor­reurs qu’elle et d’autres femmes ont dû subir à l’est du pays pen­dant la guerre. Elle décide d’y retour­ner pour faire la paix avec elle même et rejoin­dre le combat de la vie des femmes déchi­rées par les mul­ti­ples exac­tions subies.

LA REALISATRICE

Osvalde Lewat Hallade est née en sep­tem­bre 1976 au Cameroun. Journaliste de for­ma­tion, elle a écrit dans " Cameroun tri­bune " des arti­cles à carac­tère cultu­rel ou social. Issue d’une for­ma­tion à l’Institut National de l’Image et du Son (INIS) de Montréal, elle signe son pre­mier docu­men­taire en 2000 " Le calu­met de l’espoir ". En 2001, " Itilga, les des­ti­nées ", un nou­veau docu­men­taire, contri­bue à la faire remar­quer.

Après une courte for­ma­tion à la FEMIS à Paris, elle réa­lise en 2002 " Journaliste de for­ma­tion, 140, rue du Bac ", un docu­men­taire sur la vie d’une reli­gieuse. Ce qu’on pres­sen­tait alors se confirme, la réa­li­sa­trice est inté­res­sée par les gens, leur vie, leurs espoirs, leur destin. " Au delà de la peine " en 2003, tourné dans la prison cen­trale de Yaoundé, va mar­quer défi­ni­ti­ve­ment le public de son tra­vail engagé. Ce docu­men­taire sera primé plu­sieurs fois dans les Festivals.
" Un amour pen­dant la guerre " est son der­nier docu­men­taire.

CRITIQUE

Le titre fran­çais peut prêter à confu­sion compte tenu du dérou­le­ment du film. Après les retrou­vailles fami­lia­les à Kinshasa quel­ques peu mono­to­nes, le film prend toute son inten­sité avec le voyage de la jour­na­liste Aziza à l’est du Congo sur les traces de son passé. Osvalde Lewat-Hallade retrace avec humi­lité une vie mar­quée à jamais par les sou­ve­nirs dou­lou­reux de la guerre. La caméra capte avec huma­nisme les témoi­gna­ges poi­gnants de ces femmes vio­lées et humi­liées. Témoin de ces exac­tions, Aziza tente de com­pren­dre l’homme bar­bare, dans son tra­vail de mémoire.

On reconnaît dans ce film la sen­si­bi­lité de la réa­li­sa­trice, qui s’est iden­ti­fiée à la femme jour­na­liste. Un docu­men­taire utile qui contri­bue à ali­men­ter la mémoire col­lec­tive sur le géno­cide rwan­dais, pour ne jamais oublier.

Benoît Tiprez (Clap Noir)

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Osvalde Lewat Hallade
Image : Albert Liesegang, Guérin Mambi
Son : Athanase Bala, Charles Obio
Montage : David Kleinman assisté de Marlène Rabaud
Mixage : Matthieu Cochin
Musique : Djonimbo, Les Accrobantous, Paul Ngoie, Chérif Lotfi
Directeur de pro­duc­tion : Emmanuel Mbédé
Producteur délé­gué : Louis-Marie Mbandji
Contacts : osval­de­le­wat@­hot­mail.com, info@­clap­noir.org

Les films de Osvalde Lewat Hallade :
Les autres films
<
22

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75