Accueil du site > Actualités festivals > Compétition officielle du Fespaco : regard critique sur la sélection
Compétition officielle du Fespaco : regard critique sur la sélection
Publié le : samedi 4 mars 2017
Fespaco 2017

Un fes­ti­val, c’est une ouver­ture et une clô­ture. Et au milieu, ce sont des pro­jec­tions, des ren­contres, des col­lo­ques et des mar­chés. Le samedi 04 mars, les lumiè­res vont s’éteindre sur le Fespaco 2017. Nous pro­fi­tons de ce petit laps de temps, avant la pro­cla­ma­tion des prix, pour jeter un regard cri­ti­que sur le pre­mier point qui fait la réus­site d’un fes­ti­val : la sélec­tion des films.

Les orga­ni­sa­teurs du fes­ti­val ont beau­coup com­mu­ni­qué sur les chif­fres lors de cette 25ème édition. Le Fespaco 2017, c’est 9 salles de pro­jec­tion, 950 films ins­crits pour la sélec­tion, plus de 150 films sélec­tion­nés pour la com­pé­ti­tion, plus de 100 000 spec­ta­teurs atten­dus en salles et enfin, plus de 450 séan­ces de pro­jec­tions atten­dues. Au Marché inter­na­tio­nal de la télé­vi­sion et du cinéma afri­cain, le MICA, c’est plus de 100 films ins­crits, 60 stands pro­mo­tion­nels, 15 cabi­nes de vision­ne­ment et 7000 visi­teurs atten­dus. A voir ces chif­fres, nous ne pou­vons qu’être fier du Festival, qui au-delà de mettre des films en com­pé­ti­tion, permet à des pro­fes­sion­nels de se retrou­ver dans des espa­ces d’échange pour trai­ter des choses des ciné­mas d’Afrique.

Le Fespaco, c’est plu­sieurs com­pé­ti­tions. Nous avons la com­pé­ti­tion des films longs et courts métra­ges, les films docu­men­tai­res, les séries télé­vi­suel­les et la com­pé­ti­tion des films d’écoles. Pour chaque caté­go­rie, nous avons plu­sieurs étalons qui sont offerts. Étalon d’or de Yennenga pour le pre­mier prix des longs métra­ges, l’Étalon d’argent et de bronze pour le deuxième et le troi­sième. La palette de prix offert par le fes­ti­val montre l’inté­rêt cer­tain pour les orga­ni­sa­teurs de faire la pro­mo­tion des films sélec­tion­nés, et en plus du tro­phée et du chèque, gagner un étalon, c’est la noto­riété assu­rée pour toute une vie d’artiste. Quitte à réel­le­ment uti­li­ser cette dis­tinc­tion pour faire connai­tre son film à tra­vers les fes­ti­vals et autres ren­contres ciné­ma­to­gra­phi­ques à tra­vers le monde.

Mais, il y a tou­jours un mais. Pour une meilleure cré­di­bi­lité des prix qu’offre le Fespaco, il faut un cer­tain niveau d’exi­gence et de qua­lité lors de la sélec­tion des films qui doi­vent être en com­pé­ti­tion. Quels sont les cri­tè­res de sélec­tions des films en com­pé­ti­tion ? Les textes du fes­ti­val nous appren­nent que l’ins­crip­tion est ouverte à tous les films du monde. Le film ne doit pas excé­der deux ans d’âge et ne pas avoir été pré­senté à une édition pré­cé­dente du Fespaco. Le film doit s’ins­crire dans une des sec­tions à savoir long ou court métrage, docu­men­taire, série télé­vi­suelle et films d’écoles. Selon les textes, le Festival reste sou­ve­rain dans le choix des films rete­nus. Il existe cer­tai­ne­ment des moda­li­tés sur les­quels repose le choix défi­ni­tif des films en com­pé­ti­tions en tenant compte de la qua­lité artis­ti­que et tech­ni­que de l’œuvre.

Pour cette 25ème édition, dans la caté­go­rie des films longs métra­ges en com­pé­ti­tion, Ils sont 20 films ins­crits de 13 pays. 26 films sont ins­crits dans la caté­go­rie com­pé­ti­tion court métrage. C’est une quin­zaine de pays qui sont repré­sen­tés dans cette caté­go­rie. Les docu­men­tai­res, c’est 21 films, pro­ve­nant de 14 pays qui sont sélec­tion­nés. S’agis­sant des séries télé­vi­suel­les, ils sont 21 séries en com­pé­ti­tion. Enfin, pour les films des écoles, ce sont 17 films qui sont ins­crits pour les prix.

La presse a beau­coup com­menté ici l’absence des films du Nollywood, c’est-à-dire du Nigeria. Pourquoi ? Nous n’en savons rien. Peut-être que les films pro­po­sés n’étaient pas à la hau­teur. Alors que cette année, la com­pé­ti­tion est ouverte au film sur sup­port numé­ri­que. L’avenir nous don­nera peut-être des infor­ma­tions à ce propos.
Nous décou­vrons aussi dans la liste de sélec­tion que cer­tains pays se retrou­vent avec deux films sélec­tion­nés, trois pour le Burkina Faso en com­pé­ti­tion long métrage. Est-ce à dire que sur le conti­nent, il y a très peu de pro­duc­tion de long ou court métrage ou de docu­men­taire ?
Pour les télé­spec­ta­teurs qui aujourd’hui sont abon­nés à la chaine Canal +, la quan­tité de séries afri­cai­nes pro­po­sées sur cette chaine nous amène à nous ques­tion­ner sur le fait qu’il y a très peu de séries en com­pé­ti­tion. La liste des séries en com­pé­ti­tion ne reflète pas la richesse de la pro­duc­tion dans ce domaine par­ti­cu­lier. L’excel­lence que nous recher­chons dans nos salles de ciné­mas et sur nos écrans de télé­vi­sion doit aussi être sus­ci­tée par le plus grand fes­ti­val de cinéma du conti­nent. Le Fespaco doit pou­voir nous pro­po­ser une liste assez exhaus­tive de film en com­pé­ti­tion et cette sélec­tion doit se faire parmi la meilleure pro­duc­tion du conti­nent tout en res­pec­tant une loi non écrite mais que tout le monde connait, la sélec­tion au Fespaco, c’est un film par pays. L’Afrique, c’est quand même plus d’une cin­quan­taine de pays.

La sélec­tion est une chose, la qua­lité du film en est une autre. Dans les arti­cles lus dans la presse et dans les dif­fé­rents repor­ta­ges vus sur les chai­nes de télé­vi­sion, plu­sieurs ciné­phi­les ont montré leurs décep­tions sur le choix de cer­tains films. On parle par­fois de choix poli­ti­que. Certains films ne méri­tent pas d’être sélec­tion­nés vu leur qua­lité tech­ni­que. Ces griefs peu­vent, si l’on ne fait pas atten­tion, enta­ché la qua­lité de la sélec­tion du fes­ti­val et à la longue, décré­di­bi­li­ser les films primés, car, un fes­ti­val, c’est une vision, une vision du cinéma, une vision de l’avenir et une vision qui cadre avec l’évolution tech­ni­que, esthé­ti­que et cultu­relle qui déter­mine une période de la vie d’un peuple ou d’un conti­nent.

Achille Kouawo

Laisser un commentaire

Également…
1

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75