Accueil > Archives > 2007 > Questions à Robbin Shuffield
Questions à Robbin Shuffield
Publié le : vendredi 7 septembre 2007

réalisateur du documentaire Thomas Sankara, l’homme intègre




Dans ce documentaire, avant tout un film d’archives, on voit le mythe Sankara s’exprimer, on l’entend parler, rire et prononcer ses discours mémorables avec une verve incroyable sur l’indépendance alimentaire, l’impérialisme, le néo-colonialisme mais aussi l’égalité entre hommes et femmes, l’accès de tous à l’éducation, la fin des privilèges... C’est très émouvant.

Président du Burkina Faso de 1983 à 1987, il est arrivé au pouvoir à l’âge de 34 ans en tenue de capitaine militaire, colt au ceinturon et livre de Marx en main, avec un humour ravageur et de grandes ambitions.

Le film est construit selon une narration historique, avec une voix off traditionnelle : on suit d’abord la progression de l’état de grâce, de la fusion entre Sankara et le peuple Burkinabé auquel il redonne en peu de temps une dignité. Dans la deuxième partie du film, les relations entre la France et le Burkina sont clairement établies. Un des extraits montre Sankara à côté de Mitterrand lors d’un congrès africain à La Baule. Entre deux hommes de gauche, on sent toute la différence. Sankara dérange. Il est condamné. C’est son bras droit, son ami, Blaise Compaoré, qui passera à l’acte pour assassiner un homme que beaucoup souhaitaient voir disparaître, y compris en France, comme le suggère le film, aucune preuve n’ayant été mise en évidence. Un entretien avec celui qui est encore aujourd’hui le chef d’Etat du Burkina montre dans son regard la lueur du crime.

C’est justement le maintien au pouvoir de Blaise Compaoré qui a dû rendre la fabrication et ensuite la diffusion de ce film difficile en Afrique

J’ai tenu à montrer le film au Fespaco en 2007. En pirate, car la sélection officielle n’a jamais donné de réponse (!), mais on ose. Ils l’auraient pris, j’aurais applaudit des quatre mains du singe que je suis pour le culot ! La projection a donc eu lieu au Centre de Presse Robert Zongo, le off du off ! La salle était comble. Malheureusement, je n’étais pas là. Ironie du sort, le Fespaco s’est approprié le film dans sa gazette. Aujourd’hui, au Burkina Faso, la tension semble se relâcher un peu, Blaise Compaoré a fait face à l’affaire Zongo en 1998-99. Signe qui ne trompe pas, les témoins ont finalement accepté de témoigner à visage découvert. Mais il reste difficile d’y proposer le film.

Ensuite, le film a été montré dans une quinzaine de festivals, notamment à Bangui où il a déchaîné une tempête. La Centrafrique est l’un des derniers bastions d’irréductible gaulois en Afrique, c’est une véritable carte postale de la politique française en Afrique. On croit voir une multitude de sosies de Foccard ! Le Ministre de la Culture a été limogé à cause du film et le responsable de l’Alliance Française s’est retrouvé sur la sellette.

Une diffusion sur Arte est prévue à la rentrée, d’autres chaînes l’ont acheté, comme la chaîne parlementaire, qui veut proposer un débat. Le Japon a aussi acheté le film, ce qui me laisse espérer que l’Afrique n’intéresse pas que la communauté africaine !

Pourquoi ce film ?

Je voyage beaucoup en Afrique notamment comme Journaliste Reporter Image. Sankara est un mythe. Surtout, il a proposé des solutions africaines aux problèmes qui se posent à l’Afrique. C’était l’occasion de parler de ce qui est pour moi le principal problème en Afrique, la politique.

Pour l’anecdote : en 1999, un ami africain me montre chez lui un portrait de Sankara. C’est une icône dans toute l’Afrique. Il me parle des marchés au masculin, du sport de masse, de tous ses thèmes et m’explique qu’il a été assassiné par l’actuel président du Burkina. C’est là que je décide d’en savoir plus.

Je suis resté longtemps en Côte d’Ivoire. Etrangement, tout le monde s’y revendique de Sankara. Gbagbo se revendique de Sankara, mais les rebelles du Nord aussi...

Les archives

Quand j’ai eu accès aux archives de Sankara à l’INA, quand j’ai enfin découvert son visage, j’en ai eu les larmes aux yeux. J’ai eu du mal à trouver des archives en Afrique. Celles que j’ai utilisées proviennent essentiellement de l’INA et de Suisse.

J’ai interviewé beaucoup de témoins mais je n’en ai gardé que quelques uns. Je ne voulais surtout pas faire un film d’analystes. Je n’ai gardé que des témoins qui avaient vécu directement l’expérience ou connu personnellement Sankara.

On sent une fascination pour Sankara dans le film

Si je n’avais pas aimé Sankara, je n’aurais pas fait ce film. Sankara n’était ni dogmatique, ni rigide. C’est un des rares chefs d’Etat intègre. Un personnage messianique même s’il refusait le culte de la personnalité. Pour moi, il vaut plus qu’un Ché, qu’un Fidel. Il n’a le sang que de sept personnes sur les mains, lorsqu’il a réprimé une tentative de coup d’Etat en 1983. Il le regrettait publiquement.

Il était d’une grande ouverture d’esprit. Catholique à la base, il avait lu le Coran et ne mettait pas en avant une religion particulière.

Il a eu des liens avec Kadhafi, mais ces liens se sont relâchés. En fait, il essayait de prendre le meilleur de partout. Le castrisme mais pas uniquement.

Pour autant, j’ai une approche de journaliste. J’essaie d’être neutre. Ce n’est pas un film militant. Je ne suis pas sankariste. Le film est un message à tous les chefs d’Etat : une intégrité exemplaire.

Propos recueillis par Caroline Pochon (Clap Noir)

Thomas Sankara, l’homme intègre de Robin Shuffield
Documentaire (France), 86 min, 2006
Distributeur : Zom Production International
Contact : Zorn Production International
51 bd de Belfort F59000 Lille Zorn Production International
tel : 00 33 3 20 88 01 02 Fax : 00 33 3 20 88 01 03
mail : zorn chez zornproduction.com

Plus d’informations sur : http://www.thomassankara.net/article.php3?id_article=0160

Également…
1

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75