Accueil > Archives > 2007 > « Cinéma et Mémoire »
« Cinéma et Mémoire »
Publié le : mercredi 14 novembre 2007
Hommage à Sembène Ousmane

Suite au très vif succès de la 1ère édition en 2006 à Niamey ; les organisateurs ont décidé de renouveler cette année la 2nde édition du Forum Africain du Film Documentaire (initialement envisagée comme une manifestation biennale). Intitulée Cinéma et Mémoire , elle se déroulera du 3 au 9 décembre 2007, à Niamey .




Il s’agira de présenter une dizaine de films réalisés au service d’un impératif : le « devoir de mémoire ». Soucieux de participer à cette dynamique positive, de nombreux réalisateurs se sont attachés à mettre une part de l’Histoire en scène. Parmi eux, l’un des plus illustres cinéastes africains : Sembène Ousmane .

Avec son premier long métrage, La Noire de … (1966) qui dénonce la condition d’une jeune sénégalaise devenue l’esclave d’un couple de bourgeois blancs, Sembène Ousmane s’installe d’emblée sur le terrain qu’il investira jusqu’à la fin de ses jours : celui de la critique sociale et politique. Terrain sensible où s’inscrit également Camp de T hiaroye (1988), film hommage aux tirailleurs sénégalais victime, lors de sa sortie, d’une censure catégorique : la France refuse d’assumer l’épisode qu’il dénonce… accablant pour l’armée coloniale.

Autodidacte de génie (à la fois romancier, acteur et producteur), l’ « aîné des anciens » est l’auteur d’un cinéma engagé et militant que la 2 nde édition du Forum Africain du Film Documentaire souhaite honorer dès l’ouverture du Forum. Elle s’associera à l’Etat du Niger pour rendre hommage à la contribution inestimable de Sembène Ousmane à la promotion du cinéma africain. Elle évoquera également son attachement au Niger où il conduisit, en 1981, une délégation de cinéastes africains de la FEPACI venus présenter leurs condoléances au gouvernement nigérien et à la famille d’Oumarou Ganda. Tous s’inclinèrent sur la tombe de ce grand artiste. À l’issue de cet événement, le Président Seyni Kountché fit don de 10 millions de francs CFA aux cinéastes africains. Sembène Ousmane utilisa ce don pour organiser un colloque sur le cinéma africain en 1982, à Niamey, en partenariat avec l’association des cinéastes nigériens.

Voici l’une des raisons pour lesquelles le Niger tient à rendre hommage à Sembène Ousmane qui reçut, quelques mois avant sa mort, en juin 2007, les insignes d’officier de l’ordre de la Légion d’honneur de la République française.

La programmation sera centrée sur deux thèmes : Regards sur l’esclavage et Paroles de combattants.

Regards sur l’esclavage
Une prise de conscience généralisée du « devoir de mémoire » a entraîné la réalisation de grandes études et réflexions sur l’esclavage et ses conséquences en Afrique.

Les cinéastes africains ne sont pas restés en dehors de ce mouvement : ils ont eux aussi dénoncé l’esclavage transatlantique ; ils sont eux aussi passés outre les susceptibilités politiques de leur propre pays pour focaliser l’attention sur des formes d’esclavage internes souvent négligées.

Paroles de combattants
Ils ont quitté leur pays pour prêter main-forte à la France lors de la seconde guerre mondiale, en Algérie ou encore en Indochine… Bilan : des dizaines de milliers de soldats africains morts ou portés disparus. « La journée des tirailleurs sénégalais » représente l’occasion de rendre hommage à l’ensemble des tirailleurs africains – ce à quoi la 2 nde édition du Forum Africain du Film Documentaire souhaite vivement participer à travers la présentation de films dédiés à leurs réalités ; dans l’espoir de contribuer, à son échelle, à la valorisation de la mémoire collective.

Les films :

 Cabascabo Fiction - Oumarou Ganda , Niger,1969, 48 min.
 Camp de Thiaroye Fiction - Sembène Ousmane
 Thierno Faty Sow , Sénégal- France, 1988, 148 min.
 Emitaï, Dieu du tonnerre Fiction – Sembène Ousmane , Sénégal, 1971, 95 min.
 Sarzan Fiction - Momar Thiam , Sénégal, 1963, 29 min.
I- ndigènes Fiction - Rachid Bouchareb , France-Maroc-Algérie, 2006, 128 min .
 Ezra Fiction - Newton Aduaka , France, 2006, 103 min.
 Babatou (Les trois conseils) Fiction – Jean Rouch , Niger-France, 1975, 90 min. Scénario : Boubou Hama
 Nantes, Archéologie de la mémoire Documentaire - Kitia Touré , France, 1994, 20 min.
 Le courage des autres ou Gandaogo Fiction - Christian Richard , Burkina-France, 1982, 92 min.
 Adanggaman Fiction - Roger Gnoan M’Bala , Côte d’Ivoire, 2000, 95 min.

In dossier de presse

Également…
1

Clap Noir
Association Clap Noir
18, rue de Vincennes
93100 Montreuil - France
Tél /fax : 01 48 51 53 75